effet-de-groupe

Guide de survie face aux effets de groupe

L’éloquence fait peur

effets de groupe

Ils ont peur de toi quand tu sais manier les mots. 

Ils ont peur que tu les utilises pour les manipuler.

Ils ont peur d’être la galette et que toi tu sois le renard. 

Malin.

Quand tu t’exprimes avec éloquence, tu t’exposes. 

C’est le prix. 

Quand tu te caches, il n’y a pas de risques d’être critiqué. 

On suit le mouvement, on ne se mouille pas. 

Mais rien n’est plus jouissif que d’oser dire ce qu’on pense, et savoir le dire bien. 

À tel point que ça en devient intimidant. 

Ils ont peur de ceux qui ont l’air trop intelligent. 

La confiance en soi fait peur

effet de groupe

Non seulement tu sais parler, mais en plus tu t’assumes. 

Ça se voit dans ton regard, ta posture, ton allure. 

Tu es en accord avec toi-même. 

Et ça pour quelqu’un en mal-être c’est insupportable. 

On ne supporte pas de voir ce qu’on a pas. On se compare, on est jaloux, on se dit mais comment il fait. 

Alors ils font la seule chose qu’ils sont capables de faire. 

Ils se rassemblent entre eux et ils t’ignorent comme si tu ne valais rien. 

À défaut de briller, on va te juger.

Te rejeter, t’exclure, toujours subtilement, sournoisement. 

On te le dira jamais vraiment.

Choisir la facilité de la critique dans le dos plutôt que la communication à coeur ouvert pour arranger les choses. 

Parce que à quoi ça leur servirait d’arranger les choses ?

C’est pas dans leur intérêt. 

Eux ce qu’ils veulent, c’est que tu t’éteignes. 

Et c’est comme ça que les groupes se mettent à suivre ceux qui sont médiocres.

Parce que c’est plus rassurant. 

Toi tu poses problème. 

Faut-il se soumettre pour plaire ?

effet-de-groupe-2

Alors comment on fait quand on veut être aimé et intégré ? 

Faut-il faire comme les autres ? 

Faut-il se taire ? 

A quel point suis-je forte, moi, pour me soutenir toute seule et croire en moi même quand on ne me regarde pas ? 

Je ne veux pas être seule, mais je ne veux pas me trahir en me taisant. 

Je pense profondément que ça vaut la peine de s’exprimer quand même.

Parce que la soumission fait un mal de chien quand on se plie face à une attaque. 

On a conscience qu’on s’est dénigré soi-même et on s’en veut, on regrette. 

Mais cette personne qui nous a harcelé ne saura jamais le fond de notre pensée parce qu’on s’est soumis.

On a préféré être gentil. 

Le jour où tu dis je t’aime à quelqu’un qui t’a mis à terre, c’est une blessure que tu t’infliges à toi-même.

Une trahison qui ressortira un jour. 

C’est se condamner à porter un poids, une frustration extrême, comme si on se crachait dessus en continu.

Mais ce qui est fait est fait, ne pense plus au passé.

Ça ne sert à rien de regretter pour toutes ces fois où tu t’es trahie. 

Par contre, à partir d’aujourd’hui dis non.

Non à la pression.

effets-de-groupe-3

Je ne me soumettrai pas. 

Je ne me soumettrai pas. 

Je ne me soumettrai pas. 

Dis-le encore et encore et encore, jusqu’à ce que ça rentre dans leur tête.

On te fait une réflexion sur ton mode de vie ? Je ne me soumettrai pas et j’assume qui je suis et ce que je fais.

On t’attaque sur tes projets en plein repas de famille ? Je ne me soumettrai pas et j’assume qui je suis et ce que je fais.

On te critique sur ton comportement ? On parle dans ton dos ? 

Toujours la même réponse. 

Je ne me soumettrai pas et j’assume qui je suis et ce que je fais.

Sois forte pour toi, tu le mérites tellement. 

Tu mérites d’être dure et ferme quand on attaque ta personne, ou quand on ne te considère pas.

Ils veulent pas te soutenir, ils veulent pas te voir ? 

Tu seras ton propre pilier, et toi tu t’entends, toi tu sais qui tu es.

Tu sais ce que tu vaux et tu n’as besoin de personne pour te le dire. 

Ils ne veulent pas t’accepter ? Tu trouveras ailleurs ceux qui t’accepteront même quand tu ouvres ta gueule. 

Et c’est tout. 

Ne descends pas au compromis avec toi-même pour les autres

Effet-de-groupe (1)

Parce qu’il y aura toujours quelqu’un pour te dévaloriser, pour être malveillant et rabat-joie et chiant.

Et dans cette quête de plaire absolument aux autres, tu te perdras toi-même, tu perdras ce qui te fait vibrer, tu en perdras toute ta force intérieure et ton énergie vitale. 

T’auras plus la force de donner quoi que ce soit aux autres à force d’être déçu et en manque de reconnaissance. 

Alors quand on t’attaque, quand on t’ignore, sois fière.

Garde la tête haute, sois certaine que ta place est là où tu as décidé qu’elle soit.

Tu crois peut-être que t’as pas la force.

Mais crois-moi t’es une battante, tu as la force de t’affirmer face aux autres. 

Tu es une grande communicante, tu sais parler, alors fais-le, montre-leur toute ta force et plus encore. 

Explose et fais du bruit. 

Le plus possible. 

Ça les dérange ? Parle plus fort.

Parce que si tu baisses les yeux cette fois, tu les relèveras plus jamais. 

Partager l'article :

12 commentaires

  1. Cet article tombe à pic dans ma vie ! On dirait qu’il parle de moi et de mon frère et ma sœur qui ne veulent plus me parler 🤪 😬 200% d’accord 👍🏾 Je partage sur FB 😉🙋🏽‍♀️

    1. Bonjour Béatrice,

      Il en est de même pour moi : dans mon ancien travail, lorsque mes deux collègues étaient tous deux ligués contre moi …. tout simplement parce quez j’étais consciencieuse et très impliquée dans ce que je faisais. Ils m’ont fait la misère !

  2. Être soi-même, assumer, s’en foutre et le montrer ! 🤩
    J’ai lu cet article comme une poésie ! Merci 😀

  3. En effet pas facile et parfois aussi on n’a juste pas envie de s’exprimer en se disant que cela ne vaut pas la peine. Faut-il choisir ses combats ou s’exprimer dans tous les cas ? 🧐

  4. Article qui rebooste ! Merci pour ce partage ! J’en avais grand besoin en ce moment 🥰

  5. Intéressant ce langage oral à l écrit. On sent bien ta révolte et ta colère.

  6. La force d’être soi même, de rester fidèle à soi, et de ne pas s’éteindre face à la critique d’un autre. Merci pour cet article motivant

  7. Cet article ne laisse pas indifférent et il me parle beaucoup. Je pense être quelqu’un d’entier et dans ma vie professionnelle je n’ai jamais trop aimé faire de compromis. Sans doute que certains auront même trouvé mon comportement inamical. Avec le recul, je me dis qu’un peu de souplesse m’aurait peut-être faciliter les choses. Mais, on ne change pas sa vraie nature 😉

  8. Très intéressant.
    Et je dirais même, non à la pression et non à l’oppression !
    J’aurai formuler les phrases autrement dans le passage : « Je ne me soumettrai pas. « , car le cerveau ne comprend pas la négation de ce fait le message envoyé est je me soumettrai ! Et je l’aurai également mis au présent, type je suis une battante, je suis engagée et déterminée, j’ai un charisme au delà de tout, je suis la voix forte du groupe, …….

  9. Ça me rappelle un peu ce que dit Clément, de la Nation des 3%. Quand on s’exprime pleinement, sans filtre, on va polariser.
    C’est à dire qu’il y a des gens à qui on va vraiment déplaire, et des gens à qui on va vraiment plaire. On va diviser les gens entre ceux qui nous aiment beaucoup et ceux qui nous détestent.
    Et moins on s’exprime, moins on polarise. C’est à dire que, oui, on sera sans doute moins critiqué, mais aussi moins apprécié.
    Alors oui, le fait de déranger certaines personnes en osant s’exprimer vaut le coup. Ça vaut le coup, car ça permet d’être aimé par autant d’autres pour qui on est vraiment.

  10. Article très intéressant qui est lien avec un de mes articles de blog ! L’effet de groupe est positif mais aussi négatif il faut savoir exprimer ses idées sans complexe ! Selon moi le fait d’avoir un leader ds le groupe permet de le structurer !

  11. Tellement d’accord !
    Il faut être soi-même, et faire briller sa flamme intérieure, celle qui est la raison de notre présence sur notre chemin de vie ! Et tant pis si certaines personnes ne sont pas d’accord avec ce que dégage notre flamme : ces personnes là ne sont juste pas en phase avec nous, d’autres un peu plus loin le sont certainement plus. Le besoin de reconnaissance qui se cache derrière cette peur d’être sous les feux de la rampe, c’est un sentiment qui demande du travail pour être surpassé (j’ai parlé de mon parcours par rapport à ça justement la semaine dernière sur mon blog !), mais ça vaut tellement le coup !
    Merci pour cet article et pour ces émotions qui se cachent derrière, dans lesquelles je reconnais le MOI d’il y a quelques années, quand j’ai décidé de me mettre à la danse à 30 ans !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.